Skip to content

« Pourquoi l’amour ne suffit pas » de Claude Halmos

novembre 9, 2011

           Oui, Claude Halmos est psychanalyste, cela pourrait faire peur vu que , pour la plupart du temps, on a du mal à comprendre ce qu’un psychanalyste veut dire. Or Claude Halmos ne se perd pas dans le      langage psychanalyste et utilise des termes clairs, précis et accessibles à  tous et à toutes, même sans avoir fait des études psychanalytiques.

Dans la pratique professionnelle, on se retrouve de temps en temps devant des professionnels (oui il faut l’admettre pour la plupart du temps devant des psychologues) qui, s’ils sont à court d’arguments, essayent de vous inculquer une mauvaise conscience en proclamant, d’une voix sacrale: « Mais ces parents aiment leurs enfants ».

Eh bien, sur 250 pages, Claude Halmos explique pour quelles raisons « l’amour ne suffit pas »

« Affirmer que l’on aime un enfant alors que l’on a pour lui aucun projet de vie, que l’on ne s’emploie pas à lui enseigner le monde et ses lois, qu’on ne le soutient pas dans ses études, que l’on se ne préoccupe ni de sa vie sociale ni de ce qu’il ressent, n’a aucun sens. En déclarant qu’on l’aime, on ne fait, dans ce cas qu’exprimer un sentiment qui, pas plus méprisable qu’un autre sans doute, n’est cependant pas radicalement différent de celui qu’éprouve un maître pour l’animal familier auquel il est attaché; qu’il nourrit et cajole, mais par rapport auquel il n’a aucune obligation particulière. Un maître peut décider d’éduquer  ou de dresser son chien. Mais qu’il le fasse ou non, cela ne changera pas grand chose pour l’animal, car il n’a pour construire son existence, pas besoin de l’homme. La construction s’effectuera de toute façon: l’instinct s’en charge.… » (p.30)

« Le fait de considérer la famille naturelle comme le milieu le plus favorable  au développement de l’enfant n’est pas nouveau. Il est inscrit depuis longtemps dans le code civil. Mais le rejet de plus en plus massif des placements d’enfants en difficulté dans des familles d’accueil ou des institutions et le dénigrement systématique dont ces placements font l’objet montrent, à  l’évidence , que la tendance s’accentue. On ne parle plus aujourd’hui que de maintien ou de restauration des liens avec la famille naturelle. En oubliant manifestement que, si cette solution est certainement la meilleure quand elle est possible, il arrive aussi… qu’elle ne le soit pas. »(p.48)

Claude, Halmos: « Pourquoi l’amour ne suffit pas. Aider l’enfant à se construire, » Nil editions, Paris, 2006.

http://www.pocket.fr

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s